3 DOSHAS
Le but de l’ayurvéda est la santé; Comme on nourrit une plante à la racine pour la maintenir en bonne santé, avec l’ayurvéda nous nourrissons les racines de la vie pour rester heureux et en bonne santé.Ce concept semble difficile; Tant de chose différentes composent nos vies. L’ayurvéda nous aide à comprendre la vie en identifiant trois « racines » principales de toute activité, trois principes essentiels dans la nature même. Ces trois principes, ou doshas, l’ayurvéda les nomme vata, pitta et kapha. Chacun de nous a un équilibre naturel individuel de ces trois principes. Si cet équilibre est maintenu dans notre vie quotidienne, nous  sommes en bonne santé et heureux.

5 ÉLÉMENTS

Une observation profonde de tous les cycles de la nature, qu’ils soient climatiques, saisonniers, énergétiques, botaniques, biologiques ou autres, a permis d’établir la loi des cinq éléments.

Cette loi considère l’Univers comme étant soumis à une cyclique systématique de fonctionnement qui se déroule elle même en permanence selon deux cycles simultanés, appelés cycle d’engendrement et cycle d’inhibition, qui régissent les rapports interdépendants entre les cinq principes fondamentaux qui sont la base existentielle même de cet Univers.

Ces cinq éléments sont le Bois, le Feu, la Terre, le Métal et l’Eau.

La théorie des cinq éléments prend toute son importance lorsqu’on sait que ces cinq éléments correspondent non seulement à des points cardinaux mais aussi à des saveurs, des couleurs, des organes du corps humain, des psyches organiques, des saisons, etc.

 

5 ELEMENTS (ayurvédique)
Toute sensation provient des cinq sens. Vous entendez vos pensées. Vous ressentez l’émotion par le toucher interne. Votre vue intérieure visualise un océan à des milliers de kilomètres; Vous éprouvez joie « douce » et chagrin « amer » via le goût et l’odorat.L’ayurvéda explique comment par l’intermédiaire de vos cinq sens vous projetez cinq éléments subtils. Par l’ouïe, c’est l’élément espace qui est généré. Par le toucher, c’est l’élément air. L’élément feu est projeté par la vue. Les éléments eau et terre proviennent respectivement du goût et de l’odorat.Ce sont les cinq éléments de base de la vie et les composantes de l’univers. Chez les êtres vivants, ces cinq élément sont dynamiques et interagissent pour structurer la vie. Les éléments espace et air fonctionnent ensemble, c’est « vata ». feu et eau deviennent « pitta » et « kapha » se développent en vous pour devenir les qualités qui vous définissent.

AMMA ASSIS

Le Amma assis puise ses origines dans les arts traditionnels de massage chinois « An Mo »: « calmer par le toucher » introduit il y a 1300 ans au Japon.

Il se pratique maintenant à l’aide d’une chaise ergonomique crée par David Palmer en 1983. Il fut le premier à concevoir un kata (enchaînement précis et codifié de manoeuvres) efficace et puissant pour détendre le dos, les épaules, les bras, les mains, la tête et la nuque de 10 à 30 minutes.

Le Amma parfois appel « acupuncture sans aiguilles », parcourt l’ensemble des méridiens (canaux d’énergie) sur plus de 140 points spécifiques par différentes techniques de la main et du coude : balayages énergétiques, étirements, pressions et percussions.

II stimule le système nerveux et circulatoire. Il conduit notamment à débloquer les tensions dans le dos ou dans le ventre résultant du stress physique ou émotionnel.

AYURVÉDIQUE

Le massage ayurvédique est un massage venu directement d’Inde, où le mot sanscrit Ayurveda (« Science de la vie ») désigne la médecine indienne traditionnelle. Les palpations et pressions, pratiquées sur le corps nu et huilé, détendent, réduisent la tension nerveuse, et améliorent la circulation sanguine.

BIENFAITS DU MASSAGE ASSIS

Les bienfaits du massage assis ou Amma assis en entreprise.
Stimulation de la circulation sanguine & de l’énergie
L’un des principaux objectifs du massage assis ou Amma assis est de stimule la circulation sanguine et de l’énergie (Qi) dans le corps. le flux sanguin suit le circuit de l’énergie, ouvrir ce circuit contribue à améliorer simultanément la circulation sanguine.
Soulagement des tensions musculaires par des séances courtes
Le massage assis ou le Amma assis sont les moyens les plus efficaces pour diminuer les tensions musculaires. Ces séances doivent être régulières pour un effet optimal.
Bien-être & performance
Plus vous vous sentez bien, plus vous êtes performant : l’amélioration de votre flux énergétique est non seulement bénéfique pour les zones touchées, mais elle accroît également votre bien-être et vous permet d’avoir un état d’esprit plus positif. Cette combinaison gagnante vous permet d’évoluer au sommet de votre forme tout en apportant le flux énergétique nécessaire pour être endurant.
Diminution du stress
L’un des avantages les plus importants du massage assis ou Amma assis est la diminution du stress. Le rééquilibrage du système, diminue les tensions musculaires et favorise la détente.Lorsque vous modifiez les schémas de déséquilibre, le stress est automatiquement moins présent dans votre vie.
Croissance & transformation émotionnelle
Pendant une séance de massage assis, Amma assis ou réflexologie, vous ressentez une profonde détente qui vous permet de plonger à l’intérieur de vous-même. Vous y trouverez peut-être les mécanismes qui vous empêchent d’être complètement épanouie. Vous vous sentirez peut-être capable de voir la vie d’un oeil nouveau et mieux prendre soin de vous.

BOL D’AIR JACQUIER

Fatigue, mal-être, morosité ou perte de vitalité.
Et si c’était un problème d’oxygénation ?

Le stress, le vieillissement, les différentes pollutions,la sédentarité…sont autant de facteurs qui compromettent ce processus essentiel qu’est l’assimilation d’oxygène.

Bien assimiler, mieux éliminer : le Bol d’Air® apporte une réponse naturelle et adaptée à ces besoins vitaux pour notre santé. En nous faisant inhaler des catalyseurs d’oxygénation, le Bol d’Air Jacquier® vient corriger les dysfonctionnements liés à notre mode de vie. Il nous permet de retrouver en douceur, énergie et vitalité et un équilibre harmonieux de nos fonctions –  Utile dans tous les cas de sous -oxygénation chronique.

Il ne s’agit pas d’un médicament ni d’un traitement spécifique, mais son action particulièrement intéressante sur l’état général, sur la protection de la cellule par rapport aux radicaux libres. Permettant une meilleure oxygénation à tous les niveaux de l’organisme, cette méthode génère des résultats importants dans des domaines extrèmement divers.

– Concrètement, il faut s’asseoir devant l’appareil et respirer à 10 cm de la corolle. Les inhalations durent de 3 a 15 minutes; elles peuvent se faire une ou plusieurs fois par jour, tous les jours (comme hygiène de vie quotidienne) ou sous forme de cure d’une dizaine de jours plusieurs fois dans l’année. Tout le monde, à tout âge, peut en bénéficier. Pour chacun d’entre nous, il s’agit d’un choix responsable dans la prise en charge de notre santé, de notre mieux-être ou de notre développement personnel.

COACHING

Le coaching est l’accompagnement d’une personne par un coach (ou accompagnant) qui, par l’écoute et la reformulation, par le diagnostic de la situation et la recherche d’options, aide son client dans une période donnée et dans un cadre fixe, à franchir différentes étapes afin d’atteindre l’objectif qu’il s’est fixé, que ce soit dans la sphère privée ou dans la sphère professionnelle. Le coaching :

* vise l’accompagnement d’une personne dans la mobilisation de ses ressources,
* la recherche et la mise en application de ses solutions propres,
* le développement de l’autonomie de la personne (y compris vis-a-vis du coach).

Cette stimulation de l’endogène constitue la spécificité de la démarche de coaching.

L’expression « coaching d’équipe » est employée lorsque le(s) coachs accompagne une équipe dans son cycle de développement. Les interventions du coach se passent au niveau du système constitue par les personnes en relation, par les interfaces des autres systèmes/équipes avec lesquelles l’équipe intervient. Dans un sens plus restreint, on parle également de recherche de la cohésion d’équipe ou de team building.

En français coaching peut se traduire par accompagnement (sources : DGLF, base de donnée CRITER et le grand dictionnaire terminologique). Le mentorat est légèrement différent car il suppose de la part de l’accompagnant une position haute, un statut de guide. Le coach est en position haute sur le processus de changement, mais en position basse sur le contenu pour aider le client à progresser en autonomie. Nous devons cependant noter que la francisation officielle de coaching soit mentorat.

Il faut distinguer le coaching aussi bien du conseil que de la psychothérapie.

Le coaching se distingue du conseil et de la thérapie

L’accompagnant ne se substitue jamais au client dans le choix de meilleurs comportements. L’accompagnant ne dicte pas des recettes même éprouvées à son client. Le client est son propre coach comme le patient est son propre thérapeute. Le coaching est un moyen au service d’une progression, le coach ou accompagnant agit comme un catalyseur du changement.

Lors des séances, le coach va s’appuyer sur les ressources du client et le placer dans l’action. Le client se projette alors dans le futur et élabore une stratégie avec le coach, en aucune manière le client ne doit se justifier de ses actions manquées.

Il s’agit d’une conduite accompagnée du changement au bénéfice d’une amélioration attendue et durable. Celle-ci est avant tout établie au travers d’une auto-analyse du comportement guidée par l’extérieur et de changements dans les représentations du client.

CONNAISSANCE DE SOI

La connaissance de soi est le savoir qu’une personne acquiert sur elle-même au cours de sa vie à l’occasion de ses expériences.

Pascal en fait une priorité : Il faut se connaitre soi-même ; quand cela ne servirait pas à trouver le vrai, cela sert au moins à régler sa vie : il n’y a rien de plus juste.

Marguerite Yourcenar en parle comme d’une expérience essentielle : Le véritable lieu de naissance est celui où l’on a porté pour la première fois un coup d’oeil intelligent sur soi-même : mes premières patries ont été les livres.

On peut cependant penser le contraire, tel Anatole France confiant : Je tiens la connaissance de soi comme une source de soucis, d’inquiétudes et de tourments. Je me suis fréquenté le moins possible.

La connaissance de soi est un ordre particulier de connaissance dans la mesure où, à son foyer même, le sujet connaissant et l’objet à connaitre sont confondus, il est à juge et partie . Cette difficulté centrale rend impérative une recherche exigeante de l’objectivité si cette connaissance doit être de quelque conséquence.

La connaissance de soi sollicite la rectitude de la pensée, l’esprit critique et une certaine considération pour le  regardé extérieur des autres. Par sa nature subjective, elle sollicite pour se consolider les exigences métacognitives et en retour, le gain de lucidité sur les caractéristiques personnelles rend possible un savoir plus consistant.

La connaissance de soi peut répondre à des exigences diverses :

* « nécessité intérieure » ; goût de l’introspection ; curiosité pour le « mystère personnel » : Au lieu d’aller dehors, rentre en toi-même : c’est au coeur de l’homme qu’habite la vérité. Saint Augustin
* exigence de lucidité ; retour de l’esprit critique sur lui-même : Connais-toi toi-même ! Socrate
* culture du libre-arbitre : Nous nous croyons libres que parce que nous ignorons les causes qui nous font agir . Spinoza.
* « agir en accord avec soi » ; effort de congruence ou de réelle motivation ; renforcement de l’estime de soi
* l’individuation ; découverte de sa vocation, son potentiel, son « horizon des possibles » : Deviens ce que tu es ! . Pindare
* maitrise de soi-même ; s’améliorer ; améliorer ses relations : Le pire état de l’homme, c’est quand il perd la connaissance et gouvernement de soi. Montaigne
* des choix pertinents ; maitriser son destin ; anticiper : Ce qu’on ne veut pas savoir de soi-même finit par arriver de l’extérieur comme un destin. Carl Gustav Jung
* le sens de sa vie : Ce qui est le plus vrai d’un individu et le plus lui-même, c’est son possible que son histoire ne dégage qu’imparfaitement. Paul Valéry ou encore  Le hasard, c’est toi-même qui t’arrive à toi-même.

Quel est le soi à connaitre ?
La question de la connaissance de soi renvoie avant tout à l’interrogation sur ce qu’il faut considérer comme le « soi ».

Cette connaissance peut donc avoir tout ou partie des formulations suivantes :

* Que suis-je en tant qu’humain ? dans le cosmos ou dans la biosphère ?
* Que suis-je en tant qu’être humain inscrit dans une histoire ? en tant qu’homme ou femme… : en tant que membre de telle culture à telle époque ? en tant qu’enfant de tel couple ? etc.
* Qu’en est-il de mon caractère ? ma personnalité ?
* Que suis-je comme être singulier (quel est mon ipséité ?) ?
* Que suis-je de plus que la résultante de mes déterminations et de mes conditionnements ? Suis-je un être libre ?
* Suis-je conscient ou puis-je devenir conscient de tout ce qui me détermine ?

Une grande partie de la difficulté de cette quête provient de l’intrication de ces questions : comment se situer personnellement sans un début de réponse d’ordre cosmologique ? Comment cerner la place de l’homme sans avoir arpenté son propre univers intérieur ?

Ensuite, la question renvoie à celle de la connaissance elle-même : « je vois que je me désaltère parce qu’une sensation appelée soif m’y a poussé… ou que je suis violent parce que l’amour maternel a manque ? ». Est-ce tout ce qu’il y a connaître à ce propos ? Quand donc faut-il arrêter les investigations ? Comment intégrer les données fournies par autrui ? Quel degré d’incertitude accepter ? Quelle place effective tient cette connaissance : une information anonyme ou une véritable compréhension.

Histoire du concept
« Gnoti seauton » en grec ou « gnosco te ipse » en latin Connais-toi toi-même, formule inscrite sur le fronton du temple de Delphes, que Socrate, initiant par la même une tradition millénaire qui ne sera conteste sérieusement que 2500 ans plus tard par Nietzsche, qui transformera la formule : « Chacun est à soi même le plus proche » en « chacun est à soi-même le plus lointain ». Presque tous les philosophes occidentaux se sont prononcés sur l’interprétation juste de ces mots. Descartes en fera le fondement de sa métaphysique, le cogito : je pense, je sais que je pense, c’est une certitude.

DÉTENTE DE LA NUQUE

Lieu où s’accumulent tensions et contrariétés qui pèsent sur nos épaules, la nuque à une fâcheuse tendance à se contracter.
Avant de rester bloqué, mieux vaut s’occuper de la soulager régulièrement par un massage simple.
Ce massage se pratique de préférence assis. Votre partenaire peut s’installer à califourchon sur une chaise et appuyer les bras sur un oreiller posé sur le dossier de la chaise. On peut préférer le faire en position allongée et dans ce cas, il faudra se placer à genoux à côté de lui. Alternez effleurages, pétrissages et frictions

Commencez par l’effleurage pour le mettre dans un climat de confiance. Partez des omoplates et remontez avec les deux mains en accentuant la pression quand vous approchez de la nuque. Allez jusqu’en haut des bras.
– Les mains un peu écartées, massez les épaules et le haut des bras.

– Revenez avec légèreté vers les omoplates et recommencez une dizaine de fois.
Commencez par les épaules en insistant sur les trapèzes. Alternez le côté gauche et le droit. Augmentez l’intensité du pétrissage avec régularité en prenant soin de ne pas faire mal à votre partenaire. Entre deux mouvements de pétrissage, pratiquez quelques mouvements d’effleurage.
– Massez ensuite chacune des épaules avec les deux mains. Allez jusqu’à la racine des cheveux et descendez jusqu’à l’avant bras. Renouvelez deux fois de chaque côté et recommencez trois fois.

– Pour finir, pétrissez à nouveau les deux épaules simultanément et terminez par quelques mouvements d’effleurage.
Tout à l’écoute de l’autre afin de ne pas le heurter, en prenant soin de vérifier qu’il ne se contracte pas, dessinez au niveau des omoplates de petits cercles avec les pouces.
– Remontez jusqu’à la racine des cheveux.

– Reprenez la position des pouces entre les omoplates et recommencez cinq fois.
– Terminez par un mouvement d’effleurage en massant doucement la nuque

DÉTENTE DU DOS

Le dos supporte tout le corps et accumule toutes les tensions. C’est pourquoi il sera la première partie du corps à masser.

C’est aussi une manière de mettre l’autre en confiance. Il faut être bien à l’aise soi-même pour masser le dos et une tenue confortable permettant de se mettre à genoux ou de se pencher facilement sera recommandée.

On peut fermer les yeux pendant que l’on masse et se laisser aller à la douceur de la peau de l’autre. Les yeux fermés permettront aussi de percevoir toutes les sensations au bout des doigts, une façon de mieux connaitre les détails du corps de l’autre.

Il est conseillé d’utiliser une huile de massage afin de pouvoir plus facilement glisser sur cette grande surface.

Parfumée au jasmin ou autres arômes naturels, le bien-être des sens sera complet pour le masseur et le massé.

Pour masser le dos, votre partenaire doit s’étendre sur le ventre, les bras le long du corps. Les chevilles seront légèrement surélevées. On pourra installer un petit coussin sous son ventre et veiller au confort de sa tête.

Il faut veiller aussi à ce que votre partenaire reste bien au chaud et pour cela on lui couvrira les jambes et les fesses avec une couverture ou des serviettes de toilette.
Trois zones de massage sont possibles

* les dorsales, les trapèzes,

* la nuque,

* le bas du dos.
On peut prévoir un long massage englobant tour à tour ces trois zones mais, dans ce cas, il faudra rythmer le massage en alternant différentes techniques (étirement, pétrissage, pincement . . . ) et différents types de pression.
Pour en finir avec le mal de dos, symptôme bien connu du stress, le massage du dos sera un moment de pure relaxation.
Au départ, effleurez simplement comme si vous ne souhaitiez masser que la peau.

Massez en cercle ou de haut en bas sur le dos en fonction de vos envies.

Lorsque la peau est assez chaude, et quand chacun s’est habitué au contact de l’autre, vous pourrez masser plus en profondeur de chaque côté de la colonne vertebrale. Vous pouvez commencer à pétrir.

Vous masserez de bas en haut d’abord un cote puis de l’autre. Lorsque vous sentez que la personne s’habitue au massage, vous pouvez descendre latéralement sur les flancs. Vous masserez ainsi l’ensemble du dos et les fessiers.

Passez ensuite aux épaules, toujours en pétrissant la peau, massez les muscles appelés trapèzes en prenant votre temps.

Pour finir, effectuez un massage superficiel de type  » effleurage  » de haut en bas

DÉTENTE DU VENTRE

Parfois appelé notre deuxieme cerveau, le ventre est le lieu où se cristallisent nos émotions. Selon les personnes, le ventre est aussi un lieu où s’accumulent les tensions. Les femmes sont les plus exposées aux malaises et douleurs de l’abdomen, Ce massage peut se faire sur un tapis, à même le sol. Votre partenaire aura les yeux fermés, l’atmosphère de la pièce devra être d’un calme absolu. Peu de lumière, des huiles essentielles, de la musique douce.

Pour masser le ventre de votre partenaire, placez-vous sur le coté de son corps, au niveau de son abdomen. Vos deux mains d’abord réunies se détacheront progressivement en les faisant glisser sur les côtes du torse de votre partenaire. Afin de soulager d’éventuels problèmes digestifs, on répétera l’opération une dizaine de fois. Une main sur l’autre massez par des mouvements circulaires dans le sens des aiguilles d’une montre.

Commencez par de petits cercles puis élargissez progressivement. Effleurez ensuite de vos deux mains en remontant doucement jusque sous la poitrine. Ce geste est à répéter aussi longtemps que votre partenaire ne se sentira pas soulagé. Sa respiration détendue sera un bon indicateur de son état.

DÉVELOPPEMENT PERSONNEL

On nomme développement personnel, épanouissement personnel ou croissance personnelle (qc) un ensemble de pratiques ayant pour finalité la redécouverte de soi pour mieux vivre, s’épanouir dans les différents domaines de l’existence, réaliser son potentiel etc. Il n’existe pas une méthode unique de développement personnel, mais une multitude d’approches et de pratiques qui s’attachent à cet objectif. Divers enseignants de développement personnel se reclament de la psychologie, ou encore du bouddhisme zen. Il y a donc une large variété de disciplines qui lui sont liées dont certaines à vocation individualistes ou encore spirituelles.

Cet article envisage donc le développement personnel par le biais de plusieurs points de vue : selon une histoire, des objectifs, des pratiques, et enfin des concepts – chacun de ces points de vue pouvant amener à une conception différente d’un épanouissement de la personne.

Le secteur du « développement personnel » fait souvent l’objet d’une certaine méfiance dans les médias et auprès des pouvoirs publics, le domaine est si vague que des groupes sectaire comme la scientologie s’en servent pour recruter de nouveaux adeptes. D’autres profitent de la vulnérabilité de certaines personnes pour les attirer dans des techniques médicales non reconnues qui peuvent parfois présenter un danger pour la santé.
DO-IN

Le Do-in ne comporte aucun risque ni aucun danger.
Il se rapproche beaucoup de l’acupuncture, mais celle-ci ne peut être pratiquée sans connaissance approfondie de l’énergie, des méridiens et des points d’acupuncture. Le Do-in peut etre pratiqué sur soi-même et est à la portée de tous (y compris personnes handicapées et personnes âgées. Il peut être envisagée en tout lieu et ne nécessite aucun matériel spécifique.

La tenue nécessaire à une séance de Do-in doit être souple et confortable et ne pas entraver ni la circulation sanguine ni la respiration.
Une séance dure au maximum 1h. et comporte des séquences de base, dites d’entretien d’énergie, qui pourront être exercées par les participants au cours, chez eux, entre deux séances.
En fonction des saisons, des exercices différents seront proposés.

Il est inclus dans les séances, des étirements, echauffements, pressions et travail sur l’appareil respiratoire pour aider a une meilleure maîtrise des exercices.

Le Do-in est avant tout une façon d’aider le corps et l’esprit à gérer le stress au quotidien puis a permêttre à chacun d’identifier les signaux que le corps nous adresse lorsqu’il est en difficulté. Il affine notre perception en stimulant les très nombreux « capteurs » dont la peau est pourvue.

Il est un véhicule d’énergie qui doit être utilisé par chacun à son rythme et suivant ses moyens. Son but est avant tout d’aider notre corps à éliminer les toxines qui l’encombrent et notre esprit à évacuer les nombreux parasites qui l’obstruent.
ERGOTONIC

Ergotonic est un réseau de professionnels du bien-être qui est spécialisé en gestion du stress en entreprise, l’organisation d’événements zen ou de prestations bien-être à domicile.Nous avons sélectionné pour vous, des coachs sportifs, des ergonomes, des masseurs-kinésithérapeutes, des nutritionnistes, des psychologues et des spécialistes en arts énergétiques asiatiques (Do-in, Qi gong, Tai chi et Yoga), en techniques de respiration et analyse de cohérence cardiaque et les services logistiques adaptés. Nos formateurs et consultants pourront aider vos équipes à mieux gérer leur stress au travail. Le bien-être de vos collaborateurs est un investissement durable pour le rendement sociale et la sécurité. Elaborons ensemble la meilleure stratégie de gestion du stress pour vos collaborateurs et votre société.

FENG SHUI

LE FENG SHUI est une discipline très ancienne qui nous vient d’Asie et dont les origines remontent à plus de 3500 ans , il est de plus en plus utilisé dans les pays occidentaux car il retrouve tout son sens dans un monde heurté par les machines et le stress, saturé de polémiques et d’agressivité.

Le Feng Shui nous enseigne à reconnaitre et à manier la bonne ou mauvaise nature des influences de ce qui nous entoure. Le Feng Shui a pour but d’optimiser la circulation de l’énergie, le Chi, par l’aménagement de l’environnement. Cette amélioration doit augmenter la qualité de vie des habitants du foyer ou des occupants d’un bureau.

Le Feng Shui induit une forte notion de mouvement, de changement et d’action. Il est basé sur les principes du TAO (la voie) et représente par l’équilibre du Yin et du Yang .C’est le principe d’harmonie qui est indispen­sable à notre vie Mais, cet équilibre est perpétuellement en mouvement, sans quoi toute vie s’éteindrait. Les forces en harmonie apportent la chance. La malchance survient la où il y a déséquilibre, et obtenir un bon Feng Shui consiste à harmoniser les élé­ments Yin et Yang partout où ils se présentent dans notre environnement, dans notre vie, le Feng Shui vous apportera un avantage considérable et vous aidera notamment dans les domaines suivantes de votre vie :

La famille

Les déménagements

Les relations affectives, sociales, sentimentales

La carrière

Les affaires

Les voyages

l’aménagement de votre habitation ,votre lieu de travail, votre commerce

GINSENG

Le ginseng (Panax ginseng C.A. Meyer) est une plante originaire d’Asie du nord-est, dont la racine est réputée pour ses propriétés pharmaceutiques. Le nom générique Panax vient des mots grecs Pan, qui signifie  » tout « , et Akos qui veut dire  » guérir « . Panax (en francais : panacée) désigne donc le remède universel. Le ginseng est une base essentielle de la pharmacopée asiatique et la plante jouit d’une renommée universelle en Asie.

Le ginseng, le plus réputé, est cultivé en Corée. Les Coréens l’appellent insam, la racine en forme d’homme. En effet, une racine âgée peut prendre une allure anthropomorphe (un tronc avec deux bras et deux jambes). Le mot ginseng vient du chinois renshēn, ren designant  » l’homme « , et Sheng signifiant « essence ».

Le ginseng doit etre cultivé pendant plusieurs années pour que le rhizome acquière toutes ses qualités. Selon l’âge de la plante, la racine se vendra à des prix plus ou moins levés. Il s’agit cependant dans tous les cas d’un produit coûteux, car sa culture nécessité beaucoup de soin. Le commerce du ginseng est fortement encadré par l’état sud-coréen, afin d’assurer la qualité du label Ginseng coréen. Il arrive régulièrement qu’en Corée un promeneur chanceux découvre un ginseng sauvage. Le rhizome sera alors vendu aux enchères, à des prix inimaginables.

GUNPOWDER

Le Gunpowder (poudre à canon) est un thé vert chinois originaire de la province du Zhejiang. Il doit son nom à ses feuilles roulées en billes.

Les Chinois l’appellent zhūcHi, (perles de thé). Les pays du Maghreb importent du Gunpowder pour servir de base au thé à la menthe. La production du Gunpowder remonte à la dynastie Tang (618 > 907) mais son introduction à Taiwan ne date que des annees 1800.

Des feuilles brillantes indiquent un thé jeune et témoignent d’une bonne qualité

HUILES ESSENTIELLES

On appelle huile essentielle, le liquide concentré et hydrophobe des composés aromatiques volatiles d’une plante. Il est obtenu par distillation ou extraction chimique par solvants (eau, alcool,etc.). Contrairement à ce que suppose la dénomination, ces extraits ne sont pas forcement huileux.

C’est un mélange de molécules variées, comprenant en particulier des terpénes (hydrates de carbone non aromatiques) et des composes oxygènes (alcools, aldéhydes, cétones).

L’obtention des huiles essentielles (HE) se fait soit par entrainement de la vapeur d’eau dans une opération de distillation, soit par expression (zestes) et dans ce cas, il s’agira d’une essence. La quantité d’HE contenue dans les plantes est toujours faible, parfois tres faible, voire infime. Ceci explique le coût élevé des HE, il est lié à la rareté et non au procédé d’extraction qui reste le meme pour la plupart des plantes. Il faut parfois plusieurs tonnes de plantes pour obtenir un litre d’huile essentielle. Il existe differents procédés d’extraction (souvent chimiques) mais, pour l’aromathérapie, seuls quelques uns assurent une bonne qualité finale.

HYPNOSE
Traditionnellement, le terme hypnose désigne un état modifié de conscience ainsi que les techniques permettant de créer cet état et les pratiques thérapeutiques utilisées pendant cet état. Cependant, contrairement à une idée répandue (selon laquelle l’hypnose est une forme d’inconscience ressemblant au sommeil), des recherches récentes suggèrent que les sujets hypnotisés sont pleinement éveillés et qu’ils focalisent leur attention.

JEÛNE

A proprement parler, le jeûne désigne le fait de s’abstenir de nourriture durant des périodes de temps plus ou moins longues. On jeûne généralement pour des motifs thérapeutiques, afin de purifier l’organisme de ses toxines, combattre des maladies liées aux effets d’une mauvaise alimentation ou d’une mauvaise assimilation de certains nutriments, et se remettre en forme.

Le jeûne est aussi supporté par une longue tradition spirituelle qui en faisait une pratique accompagnant des périodes de retraite intensive. Les cures spécifiques, ou jeûne modifié, consistent en une restriction alimentaire à un seul type d’aliments (fruits, jus, diète spéciale) durant une certaine période, toujours pour des motifs thérapeutiques.

JIN SHIN DO

Méthode thérapeutique favorisant les relachements des tensions physiques et émotionnelles. C’est une synthése entre les méthodes orientales de rééquilibrage énergétique, la psychologie occidentale et les différentes techniques psycho-corporelles. Le Jin Shin Do est une forme holiste d’acupression et de toucher qui trouve sa source au coeur de la philosophie taoiste.

L’ESTIME DE SOI

L’estime de soi est un concept émotionnel et psychique qui mêne vers la voie du bonheur. En effet il permet de s’affirmer, de se regarder en face, d’assumer ses torts et ses regrets, de s’aimer soi-meme et ainsi d’avoir confiance en soi. S’estimer soi-même n’équivaut pas à de l’égoïsme, comme le prétend notre éducation. C’est bien au delà de cela. L’amour de soi-même est une grande qualité, elle permet à l’individu de voir sa bonne nature de se considérer comme quelqu’un de bien et d’être optimiste. Cela mène à l’état d’une euphorie qui se traduit ainsi par l’amour des autres, l’entraide et l’harmonie. Ainsi l’estime de soi n’est pas un défaut et une sorte de narcissisme, c’est une manière d’être qui rétablit l’équilibre entre le monde intérieur et le monde extérieur de l’homme . * L’équation de James (1890) : l’estime de soi est égale au rapport entre nos prétentions et nos succès. A noter que dans cette conception, l’estime de soi peut être obtenue de plusieurs manières : soit en diminuant nos prétentions, soit en augmentant nos succès (ou en voyant un succès là où il n’y en a pas), soit en réalisant un équilibre entre les deux facteurs. * Le miroir social de Cooley (1902) et Mead (1934) : l’estime de soi est la perception de soi construite par l’intériorisation de l’opinion d’autrui à notre égard. Dans cette perspective, les interactions sociales se révélent donc déterminantes dans la manière dont le sujet va s’évaluer. * Le lieu de contrôle (locus of control) de Rotter (1966) : l’estime de soi se décline en fonction de la croyance de l’individu à être acteur des événements de sa vie (lieu de contrôle interne) ou victime (lieu de contrôle externe). * La hiérarchie des besoins de Maslow (1970) : l’estime de soi correspond à une double nécessité pour l’individu : se sentir compétent et être reconnu par autrui. * Le sentiment d’auto-efficacité de Bandura (2002) : l’estime de soi peut provenir d’auto-évaluations basées sur la compétence personnelle, mais aussi sur la possession de caractéristiques personnelles investies de valeurs positives ou négatives selon la culture (statut social, …). Dans sa perspective, l’estime de soi est multidimensionnelle (travail, vie sociale, …). De plus, il précise qu’il n’y a pas de lien systématique entre le sentiment d’efficacité personnelle et l’estime de soi (p 24-26, 2002). Il existe des domaines qui favorisent ou défavorisent l’estime de soi. Par exemple, quelqu’un s’évaluant mauvais mathématicien mais qui n’accorde pas d’importance à cette activité n’en tire pas de conclusion négative sur sa valeur personnelle. Inversement, une personne peut s’estimer très compétente professionnellement, et en tirer une valeur négative par la nature de l’activité (huissier, tireur d’élite, prostitution, …).

LE ZEN

Le zen (japonais, méditation silencieuse ), Chen en mandarin ou Dhyāna en sanskrit, est une forme de bouddhisme Mahayana qui insiste particulièrement sur la méditation, ou « illumination intérieure ». Le mot zen est la romanisation du mot japonais, traduction du mandarin Chen, lui-même emprunté au sanskrit Dhyāna, recueillement parfait. En français, le mot zen est aussi utilisé pour signifier un état de tranquillité, d’indifférence à l’agitation du monde ; c’est devenu dans le langage courant un adjectif synonyme de « serein ».

LUMINOTHERAPIE

La luminothérapie, aussi appelée photothérapie, est une technique consistant en des séances d’exposition plus ou moins longue une forte luminosité, comprise entre 2 500 et 10 000 lux. La luminothérapie est un traitement utilisé contre la dépression et l’insomnie. Les yeux sont exposés à une lumière d’intensité et de spectre lumineux spécifique proche de la lumière solaire.

Traitement

Elle est utilisée en Europe du Nord comme traitement contre les troubles affectifs saisonniers, ou dépression hivernale, qui se caractérise par un état dépressif, une fatigue persistante, un besoin d’isolement, une perte d’interet et de motivation. Les symptômes se manifestent au mois d’octobre et disparaissent avec l’arrivée des beaux jours. Cet état est due au manque de lumière hivernal qui peut provoquer des troubles hormonaux. Cette technique est également utilisée comme traitement de l’ictere chez le nouveau-né.

MAL DE DOS

Mauvaise posture de travail, manque de tonus musculaire, matelas inadaptés voire une surcharge pondérale mettant les vertébres à l’épreuve : les causes du mal de dos sont nombreuses. Si le repos allonge, les massages et bains chauds peuvent calmer la douleur, mieux vaut prévenir que guérir.

Voici donc un excercice d’étirement à pratiquer régulièrement : assis bien droit sur une chaise, mains sur les cuisses, élevez la tête – le regard horizontal – comme pour vous grandir, tout en abaissant les épaules. Rentrez le ventre et maintenez quelques secondes. Recommencez entre 3 et 10 fois par jour.

MASSAGE

Le massage est un procédé consistant en manipulations diverses (effleurages, pétrissages, pincements, vibrations etc.) à la surface du corps, et pratiqué à des fins thérapeutiques, hygiéniques, esthétiques ou sportives.

MASSAGE CALIFORNIEN

Il correspond à un modelage tonique de l’ensemble du corps avec des huiles essentielles adaptées à chaque cas. Il regénère les muscles et assouplit la peau permettant d’obtenir une profonde relaxation.

Les massages sont effectués par des masseurs-kinésithérapeutes, la relaxation énergétique par des relaxologues.

Massage thaïlandais traditionnel

Cette pratique trouve ses origines en Inde.

Le médecin ayurvédique Shivago Komarpaj, contemporain et proche de Bouddha, en fut le concepteur. Il fut introduit en Thaïlande en même temps que le bouddhisme, il y a 2500 ans. Les positions des masseurs et massés sont proches des asanas (postures de Yoga).

On nomme parfois cette pratique pour cette raison, « Yoga à deux ». Cette technique consiste en une série d’enchaînements qui vont agir par pressions sur des points, compressions circulatoires, mobilisations articulaires, étirements et stimulations réflexes. La finalité de toute séance de relaxation énergétique est d’harmoniser et de stimuler la dynamique de l’énergie dans le corps entier, de lui assurer la fluidité optimale et de recentrer l’être.

MÉDITATION

Le mot méditation peut s’entendre selon deux acceptations, qui malgré des différences de formes, semblent garder la même essence.

Selon son étymologie, le verbe méditer vient du latin « meditari » qui signifie réfléchir. La méditation est alors le fait de se concentrer sur un sujet de réflexion, pour obtenir une solution. Le sens de ce mot s’est ensuite élargi par l’ouverture des pays occidentaux aux sagesses et spiritualités orientales.

La méditation est aussi la recherche de la vacuité, condition sine qua non de l’accès « ce qui est ». Notons toutefois que la méditation sur la vacuité est une forme très avancée de pratique méditative, qui ne peut réussir sans une étude intellectuelle très approfondie de ce concept, qui s’appuie sur la voie du milieu (Madhyamika en sanscrit).

Un esprit serein, emprunt de bienveillance, de calme et de paix intérieure, en est la deuxième condition. Indiquons enfin que cette deuxième condition est la plus facile des deux à réaliser ; elle rendra l’esprit apte à entrer en méditation. Elle est donc tres utile, voire indispensable. La méditation est au coeur des pratiques du bouddhisme, du taoïsme, du yoga et de bien d’autres formes de spiritualité, comme une pratique permettant d’accéder à différents états de conscience.Ceci est obtenu en se « familiarisant » avec un objet d’observation : qu’il soit extérieur (comme une fleur par exemple ou tout autre objet) ou inté&rieur (comme l’esprit ou un concept). Les deux acceptions du terme ne sont pas incompatibles

MÉTHODE COUÉ

La méthode Coué est une forme d’autosuggestion qui s’inscrit dans une perspective de développement personnel basée sur la persuasion par la répétition, censée entrainer l’adhésion du sujet aux idées positives qu’il s’impose et ainsi un mieux-être psychologique.

Cette méthode tient son nom des travaux du psychologue et pharmacien français Emile Coué (1857 – 1926). Il fut un ardent promoteur de la psychothérapie basée sur la suggestion et l’autohypnose.

La méthode Coué se fonde sur l’idée que l’imagination, plus que la volonté, détermine nos actes. Il convient donc de prendre le contrôle de notre imagination. Emile Coué demandait ainsi à ses patients de répéter à haute voix matin, midi et soir et vingt fois de suite la phrase suivante : « Tous les jours, à tout point de vue, je vais de mieux en mieux. »

La méthode est aujourd’hui tombée en désuétude, et le terme meme de « méthode Coué » est volontiers utilise ironiquement pour qualifier les illusions dont se bercent ceux qui cherchent à tout prix a se convaincre de quelque chose, en dépit de toute logique. Voir aussi Emile Coué.

ORIGINES DE L’AYURVEDA

ORIGINES DE L’AYURVEDA
En 3000 av. J.-C., la vallée de l’Indus, actuels Pakistan et Inde, comptaient les plus grandes villes de l’époque. C’est peut-être là qu’est née l’ayurvéda. Le Rig-Véda, premier des quatre textes sacrés hindous et document écrit le plus vieux du monde, donne des descriptions de chirurgie, de prothèses et l’utilisation de 67 plantes. Vers 1200 av. J.-C., on énumérait 100 maladies et 8 spécialités médicales. La littérature védique s’est développée en différentes branches scientifiques et selon les historiens, l’ayurvéda, science védique de guérison, a été formulée vers 500 av. J.-C. telle que nous la connaissons maintenant.Au IIIe siécle av. J.-C., le roi bouddhiste Ashoka gouvernait la majorité de l’Inde. Les villes avaient des jardins de plantes médicinales et les hopitaux ayurvédiques dispensaient des médicaments gratuits. Ashoka soutint l’expansion de l’ayurvéda en Asie de l’est, catalysant le développement de la médecine chinoise. En même temps, le physicien grec Hippocrate élaborait des idées similaires. Des textes ayurvédiques traduits vinrent stimuler le développement de la médecine arabe influençant ensuite la médecine en Europe.
On supprima l’enseignement et la pratique de l’ayurvéda vers le XIIe siècle en Inde alors sous la domination musulmane puis britannique. In ne réapparut qu’au début des année 1900. En Inde aujourd’hui, plus de 300000 praticiens de l’ayurvéda, ou vaidya, s traitent 60% des Indiens  qui utilisent l’ayurvéda comme premier système de santé. Le gouvernement indien commence à sérieusement promouvoir ce système médical indigène.

ORIGINES DU MASSAGE

ORIGINES DU MASSAGE
Malgré les diverses références historique au massage, sa source reste inconnue.
Massage oriental
En Chine, les découvertes archéologiques confirme la pratique du massage il y a plus de 3000 ans. Le Traité de médecine interne de l’empereur Jaune, premier texte médical élaboré entre 2700 et 200 av. J.-C., passe en revue les traitements à base de plantes, d’acupuncture et de massage. Le Tui Na, « pousser et saisir »,  est issu du massage populaire An mo « calmer par le toucher ». Au Japon le massage An mo est introduit de Chine au VIe siècle avec le boudhisme. Il sera appelle plus tard Anma ou Amma. Il est l’ancêtre du Shiatsu.
En Inde, des textes sanscrits de médecine ayurvédique datant des environs de 1500 av.J.-C., évoquent les bienfaits du  massage, les huiles et des herbes.
Les hiéroglyphes découverts dans les tombes égyptiennes, remontant a peu près à 2300 av.J.-C. montrent la pratique du massage. En particulier les massages des pieds et mains ou réflexologie plantaire et palmaire.
Massage occidental
Selon le « père de la médecine moderne » Hippocrate (v.460-377 av.J.-C.), les médecins « devraient être experimentés dans les nombreux arts, mais surtout dans celui du massage ».Le médecin grec Asclepiade de Bithynie (v.124-40av.J.-C.) recommandait le massage, le régime alimentaire, l’exercice physique et les bains. En Grèce, le massage soignait les affections digestives et était administré avant le sport.
Le médecin romain Celse (v.25av.J.-C.-57) recommandait le massage pour soulager les maux de têtes. Galien (v.130-201) écrivait : « les fibres musculaires devraient être étirés dans tous les sens ». Les névralgie de Jules Cesar (100-44av.J.-C.) étaient traitées par les massages.
Le médecin perse Avicenne (980-1037) a rédige un ouvrage parlant du massage. Par la suite, les références au massage sont sporadiques jusqu’au XVe siècle.
En 1813, le suedois Per Henrik Ling a conçu le massage suédois (massage tonique à l’huile), même si ce nom a été confére plus tard par le hollandais Johann Mezger. Pendant la première guerre mondial, les blessés étaient soignés par le massage. Le culte du corps ne dans la Californie des années 60 a invente le massage « Californien ».
Source : La bible du massage par Susan Mumford – Guy Trédaniel Editeur

PHYTOTHÉRAPIE

La phytothérapie, étymologiquement : le traitement par les plantes, est une méthode thérapeutique qui utilise l’action des plantes médicinales.

On peut distinguer deux types de phytothérapie :

Une pratique traditionnelle, parfois très ancienne basée sur l’utilisation de plantes selon les vertus découvertes empiriquement. Selon l’OMS, cette phytothérapie est considérée comme une médecine traditionnelle et encore massivement employée dans certains pays dont les pays en voie de développement. C’est une médecine parallèle du fait de l’absence d’étude clinique.

Une pratique basée sur les avancées scientifiques et la recherche des principes actifs des plantes. Cette phytothérapie est assimilée aux médicaments et selon les pays suit les mêmes réglementations (AMM, vente en pharmacie, etc.). On parle alors de pharmacognosie.

QI & MERIDIENS

Le concept de Qi ou Ki en japonais n’a pas d’équivalent précis en Occident. On peut toutefois noter de nombreux liens de convergence avec la notion grecque de pneuma (ayant pour traduction « souffle »). En asie, que se soit dans la culture chinoise avec le Qi ou indienne , avec le concept de Prana, L’énergie est présent dans tout l’univers et relie les êtres entre eux.Dans la cosmologie chinoise, le qì (气, âme), ou énergie vitale (元气, yuánqì énergie vitale, mot-à-mot souffle principal), précède la scission binaire du yin et du yang, elle-même à l’origine des dix-mille êtres (万物, wànwù (10 000 êtres) signifiant tous les êtres) qui composent tous les êtres du monde ; c’est l’énergie qui fait vivre, il circule dans le corps par des méridiens ou canaux d’énergie comme un courant  électromagnétique. Les anciens orientaux avaient découvert l’existence de canaux invisibles à la surface du corps. Ils considéraient les méridiens comme étant le prolongement des organes internes.  Dans la médecine orientale, les tâches, les kystes, les colorations, qui apparaissent sur la peau et le long des méridiens sont autant d’indications en ce qui concerne le processus de nettoyage du corps.

QI GONG

Le Qi Gong est le travail du souffle, une pratique traditionnelle chinoise rattachée à la médecine.

En pratique, il s’agit de mouvements accompagnés de respiration externe et interne ; en théorie, cet art énergétique s’enracine dans la métaphysique taoïste. Le Qi Gong s’enseigne en Occident pour le développement personnel.

RÉFLEXOLOGIE

On connait, depuis l’antiquité, les vertus de la réflexologie plantaire en Chine, au Tibet, en Inde. C’est en Egypte que l’on découvre un indice concret de cette pratique.

La réflexologie consiste à stimuler, masser et exercer des pressions en des points spécifiques, dits « réflexes », des pieds et des mains, qui correspondent à differents systèmes et organes du corps. A chacun correspond une partie du corps ou une fonction. Le but de la réflexologie est de corriger les trois facteurs négatifs impliqués dans le processus pathologique: congestion, inflammation et tension.

Cette technique a pour principal objectif l’amélioration de la circulation corporelle et l’accélération de l’élimination des toxines.

RELAXATION

Méthode de relâchement volontaire de la tension musculaire, généralement lié à une détente psychique.

La relaxation est la recherche volontaire d’un état de relâchement pour diminuer la tension. Il existe diverses techniques pour aboutir à cet état (yoga, sophrologie, méditation zen ou encore training autogêne). Plusieurs semaines – pour certains, plusieurs années – d’entrainement sont nécessaires pour parvenir à la relaxation.

Par le training autogêne, les personnes s’efforcent de maitriser certaines de leurs fonctions physiologiques. On a pu mettre en évidence que certaines d’entre elles étaient capables de contrôler un abaissement de leur tension artérielle et d’autres paramètres liés au système circulatoire comme le rythme cardiaque.

Le stress et les soucis de la vie courante peuvent favoriser un grand nombre de petites maladies (douleurs, troubles digestifs, insomnie, anxiété…), et les techniques de relaxation ont alors des effets bénéfiques; les troubles d’origine psychosomatique peuvent donc régresser grâce à n’importe quelle technique de relaxation. Elles ont d’ailleurs été introduites dans de nombreuses consultations hospitalières, notamment dans les centres spécialisés dans le traitement de la douleur.

SHIATSU
Le Shiatsu est une synthèse des principes du judo, du Do-In (auto-massage) et du massage ancestral Chinois An Mo (calmer avec les mains) ancêtre du Amma et du Shiatsu. La première syllabe du mot Shiatsu, shi signifie les doigts et la main ; la seconde, atsu indique la pression. Le Shiatsu signifie donc  » appliquer la pression sur le corps avec les doigts.
La première syllabe du mot Amma, AM, dénote la pression et la non-pression, et la seconde, MA, signifie frottage. Amma est une technique permettant de serrer et frotter le corps.
Durant la période qui précéda celle de Nara (672-707 AP JC.), le massage Amma est reconnu par les autorités médicales officielles alors qu’Autrefois il avait perdu sa popularité dans la période Edo (1501-1857). En 1793, un manuel explicatif sur le massage Amma a été édité. Les principes de fonctionnement sont basés sur la théorie des méridiens (canaux d’énergie) et des points de pression ou d’acupression, identiques à ceux que vous trouvez dans l’acupuncture.Pendant la période Edo, la majorité des praticiens en Amma étaient non ou mal voyants et pratiquaient dans les thermes ou à domicile. Le massage Occidental fut introduit vers la fin des années 1880, et de nombreuses écoles professionnelles Amma existait déjà pour les non et mal voyants au Japon.
Le massage Amma et le massage Occidental étaient enseignés la plupart du temps . Tout comme certains instruments musicaux japonais étaient utilisés par les non et mal voyants et toutefois en raison de leur limitation visuelle, la technique du Amma ne s’est pas développé autant que le Shiatsu, c’était plutôt une technique pour le bien-être et la relaxation.
Pendantla période de Taisho (dans les années 1920), les praticiens de Shiatsu ont adopté une technique de travail sur le corps populaire au Etats-Unis (telle que la chiropractie, etc.). M. Namikoshi et M. Masunaga sont parmi les exemples, d’excellents praticiens qui ont approfondi leur recherche. En conséquence, aujourd’hui, le Shiatsu représente « une thérapie corporelle Extême-Orientale.  » La technique Amma et le massage entrent également dans cette catégorie. Le Shiatsu a pour but de soulager les douleurs, la tension et la fatigue en exerçant une pression sur des points spécifiques appelés  » Tsubo « , situés sous la peau , identiques à ceux utilisés dans l’acupuncture. Ces points sont sensibles à la pression et peuvent quelquefois être douloureux, ce qui montre que le courant de l’énergie vitale dans le corps est bloqué à cet endroit.
Il y a 361 TSUBO appelés points d’acupuncture ou d’acupression.
Le premier but du Shiatsu est de détendre et relaxer le corps et l’esprit. Le deuxième but vise à rétablir le flux énergétique dans le corps.La pratique du massage Shiatsu vise à rééquilibrer les fonctions vitales du corps.
SOPHROLOGIE

La sophrologie ( en grec, « étude de la conscience en harmonie ») est une discipline visant à résoudre un certain nombre de désordres (psychiatriques, physiologiques, existentiels), ou à développer une personnalité plus harmonieuse, par la conscience de soi et le renfort des structures positives.

Elle est également utilisée pour le sevrage du tabac et la lutte contre les dépendances et pour renforcer la confiance et l’image de soi. Elle est habituellement classée dans le domaine de la médecine non-conventionnelle.

SOUFFLE

Le souffle est une expulsion volontaire d’air (expiration) par le relachement du diaphragme et la contraction des muscles intercostaux. La pression exercée ainsi sur les alvéoles pulmonaires libèrent l’air qu’elles contiennent. En forçant un patient à expulser ainsi de l’air, on peut déceler certaines maladies pulmonaires, qui gènent l’expiration car les bronches sont alors encombrées.

TAI -CHI-CHUAN

Le taÏ-chi-chuan ou tai chi ou taiji quan 1 (chinois simplifié : 太极拳 ; chinois traditionnel : 太極拳 ; est un art martial chinois, dit « interne », d’inspiration taoïste. Souvent réduit en Occident [réf. nécessaire] à une sorte de gymnastique, il est apprécié pour son effet bénéfique sur le corps et la santé, notamment par les personnes s’intéressant aux arts martiaux.les mouvements ont à la fois une application martiale (esquives, parades, frappes, saisies…) et énergétique.Ils auraient été créés et développés par des moines médecins ou guerriers taoïstes.Le taï-chi-chuan se pratique à mains nues mais est associé à des arts utilisant des armes (éventail, épée, bâton…).Les sinogrammes du tai-chi-chuan sont composés des éléments taiji 太極,    « faîte suprême », et quan 拳, « poing, boxe » et traduits littéralement par « boxe du faîte suprême », ou « boxe avec l’ombre », car l’observateur a l’impression que le pratiquant lutte contre une ombre. Une autre traduction courante est « la boxe de l’éternelle jeunesse », le faîte suprême pouvant être traduit moins littéralement par « immortalité »; but suprême de l’alchimie taoïste.Trois principes philosophiques principaux sous-tendent la pratique du taï-chi-chuan : l’existence du qi ou chi, c’est à dire de l’énergie vitale universelle, le taoïsme et le concept yin/yang. Les différentes écoles de taï-chi-chuan accordent plus ou moins d’importance à l’une ou l’autre de ces deux derniers points, mais toutes soulignent l’importance de la libre circulation du qi dans un corps souple et un esprit serein.
TANTRA

Tantra, qui signifie « tisse ensemble », est un terme applique a un système métaphysique pratique originaire de la region hymalayo-indienne. Dans ce système on considere comme base de l’univers deux principes symbolises par le couple masculin et feminin. Le Tantra traditionnel est une « voie de transformation intégrale de l’être humain « , qui passe par le corps et les cinq sens.

Les Tantras sont des textes qui se veulent être la continuation des Védas. Les Védas sont des textes écrits, pour les premiers, vers 1500-1000 av. JC ou même avant. De ces textes liturgiques et de rituels sont issus de nombreux commentaires. Les Tantras, sans rejeter la sagesse ancienne, se présentent eux-même comme l’enseignement ultime offrant la connaissance du monde et les pratiques les plus pointues dans le domaine de la spiritualité.

Emergeant dans la vallée de l’Indus, à une date sur laquelle les spécialistes ne peuvent se mettre d’accord, cette métaphysique repose sur deux principes : une présence omnisciente et une action de prise de conscience . Les deux principes sont symbolisés respectivement par Shiva et par Shakti qui, bien que portant des noms venant de l’hindouisme, ne sont pas assimilés à ces dieux.

De nos jours, par ignorance, on donne le nom de « tantra » à des pratiques thérapeutiques sexologiques, souvent très éloignées de l’esprit du tantrisme originel. Le tantrisme a souffert d’une approche New Age, on a trop voulu voir une ritualisation de la sexualité, alors que c’est la sexualisation du rituel (cf. introduction de Gordon White David, Kiss of the Yogini).

THÉ

Le thé est une boisson légérement excitante, obtenue par infusion des feuilles du théier, préalablement séchées et parfois fermentées.

D’origine chinoise, où il est connu depuis l’Antiquité, le thé est aujourd’hui la boisson la plus bue au monde après l’eau. La boisson elle-même peut prendre des formes très diverses : additionnée de lait et de sucre au Royaume-Uni, longuement bouillie avec des épices en Mongolie, préparée dans de minuscules théières dans la technique chinoise du Gōngfū Chi.

Par analogie, le mot désigne, dans certaines régions de la francophonie ou certaines régions de France une infusion préparée à partir d’autres plantes (par ex. thé de tilleul) bien que l’on doive parler plus proprement de tisane.

TRAINING AUTOGÊNE

Le Training autogêne de Schultz est une technique de relaxation thérapeutique visant un apaisement du stress et de l’anxiété. Le Docteur Schultz Johannes Heinrich Schultz est né en Basse Saxe en 1884 et décédé en 1970.

Médecin, il s’orienta vers la psychiatrie et la psychologie. Il élabora sa technique basée sur des données physiologiques et psychologiques entre 1905 et 1932. Pour Schultz, le training autogêne (ou « méthode de relaxation par auto-décontraction concentrative ») doit etre compris comme un entraînement à l’autohypnose, qui permet une réduction des tensions et du stress. Il présente un intérêt dans les maladies psychosomatiques, la psychothérapie, mais aussi la médecine du sport et la gestion du stress en permettant relaxation et détente.

Cette méthode se décompose en cinq phases : pesanteur, chaleur, organique, coeur, et respiration. Chacune de ces phases doit être parfaitement acquise avant de passer à la suivante. Par exemple, pour la première semaine d’exercices quotidiens, l’entraînement est base sur la sensation de lourdeur. La semaine suivante sur la sensation de chaleur et ainsi de suite. Pour pratiquer cette méthode, on prend la position allongée, les bras le long du corps, mains à plat, jambes rapprochées, les pieds légérement tournés vers l’extérieur. Un processus en 5 ou 6 séquences Voici les suggestions habituellement faites par les praticiens, dans le cadre des séances :

1) En partant de la tete jusqu’aux pieds, visualisez mentalement tous vos muscles en train de se détendre, visualisez l’impression de lourdeur, de pesanteur de la partie du corps sur laquelle vous vous concentrez.

2) Toujours de la tête vers les pieds, visualisez mentalement une impression de chaleur douce et agréable, liée à l’augmentation de la circulation sanguine vasculaire dans la partie en cours.

3) Concentrez vous cette fois sur vos organes internes, estomac, intestins, … essayez d’étendre la sensation de chaleur et à d’apaisement à ceux-ci.

4) Toujours par la visualisation, modifiez votre rythme cardiaque, votre coeur doit battre plus lentement que d’habitude.

5) Ensuite, concentrez vous sur votre respiration jusqu’à atteindre une respiration ample et lente

6 )Selon la méthode originelle du docteur Schultz, il existe une dernière étape qui consiste à refroidir le front et la tête. Cette étape doit être abordée avec prudence car elle peut provoquer des migraines .

Normalement, à ce stade le niveau de relaxation peut être suffisamment important pour entamer une séance de méditation ou d’auto-hypnose.Il est possible que lors des premières séances, les clients peinent à atteindre l’état de relaxation désiré.

Applications Aujourd’hui, le training autogêne est une technique qui reste largement utilisée par les psychiatres, psychologues, mais aussi par certains médecins dans un but d’aide au contrôle de l’anxiété et du stress chez les patients présentant une maladie physique, comme une pathologie cancereuse, ou encore une maladie psychosomatique.

YIN YANG

Principes opposés mais complémentaires et intemporels. Fondamentales dans la pensée chinoise, ces deux notions ont été développées en une méthodologie d’approche de la nature et des phénomènes du monde. L’énergie originelle est cette symbiose permanente entre le Yin et le Yang, entre l’énergie différenciée ou manifestée et l’énergie non différenciée ou non manifestée. Quand le Yin est au plus fort, il donne naissance au Yang, à l’apogée du Yang nait le Yin. YANG : force exprimée, lumière, chaleur, haut, mâle, activité ,extérieur, donné, dur, énergie. YIN : absence de force dynamique, obscurité froid, bas, femelle, passivité, inertie, intérieur, reçu, mou, matière. Il est important de ne pas tomber dans une formulation rigide. Rien n’est catégoriquement Yin ou Yang. La terre est Yin par rapport au soleil qui est Yang, l’obscurité est Yin par rapport à la lumière qui est Yang, le froid est Yin par rapport à la chaleur qui est Yang, etc. Mais : Le moins froid est Yang par rapport au froid qui est Yin.

c58536fb72d3a28200f72d6720074376***********

Besoin d'un conseil?

Nos conseillers vous rappellent. de 9h30 à 18h00
  • :